Programme > Jeudi 25 mars

Programme prévisionnel

Jeudi 25 mars matin : Retour sur quatre années de Recherche Action sur l'hydrogène et la transition énergétique

 Les programmes TETHYS et ARTEMIS auront permis d'interroger la question de la place de l'hydrogène dans la transition énergétique. En fonction des échelles territoriales, il apparaîtra que le potentiel technique, voire politique, associé à ce vecteur énergétique n'aura pas été exploité de manière identique.

 

  • 09h30 à 10h10 : Ouverture du colloques en présence de Lamri ADOUI - Président de l'Université de Caen

Retour sur les enjeux de sciences avec et pour la société, Téthys et Artémis : 4 ans de recherche action participatives

  • 10h20 - 10h50 : Rudy AMAND - Docteur en sociologie-MRSH/CERREV-Université de Caen Normandie

Représentations des possibles de l'hydrogène : déploiement institutionnel et scénarios d'usage citoyens en Normandie.

Cette communication propose de revenir sur le rôle des différents acteurs institutionnels dans la définition de la trajectoire de l'hydrogène en Normandie et de confronter cette dernière aux scénarios d'usage et aux prototypes formalisés par les participants aux ateliers "Living Lab" organisés dans le cadre des projets TETHYS et ARTEMIS. À partir de l'analyse de 40 entretiens réalisés avec des représentants de la filière et les observations réalisées tout au long des ateliers mis en œuvre par le Dôme, cette comparaison permettra d'esquisser une typologie des acteurs de l'hydrogène en Normandie.

  • 11h00 - 11h30 : Dany Lapostolle - Maître de conférences/HDR-TheMA-Université de Bourgogne Franche-Comté

L'hydrogène, un médiateur de territorialisation de la transition ? Retour sur trois trajectoires territoriales.

La communication propose un essai de grille d’analyse comparative de trois trajectoires territoriales de transition. Il définit la structure d’opportunité territoriale de transition, la capacité énergétique territoriale et le droit à la transition comme critères de lecture de ce qui est à l’œuvre dans la transition énergétique via le vecteur hydrogène. Il montre que si l’hydrogène joue un rôle de médiateur dans la territorialisation de la transition énergétique, celle-ci s’inscrit dans un cadrage techno économique qui laisse peu de place à des projets territoriaux susceptibles de dépasser les enjeux d’acceptabilité sociale des techniques

  • 11h40 - 12h45 : table ronde // Laurent Jammes - Directeur de l'institut des sciences de l'univers du CNRS & Sébastien Chevalier professeur des Universités, Chef de service Coordination des stratégies de l'enseignement supérieur et de la recherche au MRES - animé par F Lemarchand

 L'hydrogène : technologie, mythologie,

Promu au rang d'utopie par le leader d'opinion Jeremy Rifkin, la technologie de l'hydrogène s'invite dans la transition énergétique comme vecteur de stockage de l'électricité produite par les renouvelables. Entre discours et réalité, entre promesses et impasses, une discussion à trois associant un sociologue, un consultant international (également chercheur CNRS) et un technologue, le temps de faire le point sur l'état des lieux de cette technologie émergente.

 

Jeudi 25 mars PM : Quels lieux, espaces et outils pour impliquer la population dans la définition des transitions

 Centre de sciences, tiers-Lieu, incubateurs, Fab et Living Lab, réseau sciences avec et pour la société... Derrière ces termes se dessine une cartographie du tiers secteur scientifique susceptible d'accélérer le dialogue avec des populations dans les projets de transitions. À condition néanmoins d'en actualiser les méthodes autant que les postures et compétences professionnelles.

  •  14h - 14h30 : Félix G.R. TURMEL - Consultant, Transition Environnementale & Participation Citoyenne

 De l'acceptabilité sociale des projets à leur co-construction (Vulgarisation).

Face à l'accroissement des refus d'implantation de projets, penser en terme d'acceptabilité sociale devient peu à peu inadéquat. Pour sortir de cette impasse, de nombreux porteurs de projets se tournent vers la co-construction. Toutefois, ce changement est complexe à hauteur de ses bénéfices sociaux, économiques et environnementaux.

  •  14h45 - 15h15 : François MILLET - Living Lab manager - Le Dôme

Tiers Lieu : réel tremplin pour la recherche participative et l'innovation populaire ?

 Progressivement, les centres de culture scientifique ont revendiqué une posture et des activités de dialogue entre sciences et société. La mutation d'un centre de science comme Le Dôme en Tiers Lieu ouvre un champs dans la capacité à faire participer les populations à des protocoles de recherches comme à la définition de nos mode de vies. À l'image des programmes Téthys et Artémis, cette approche apportent des outils et des méthodes riche en réussites et perspectives sans pour autant être à l'abri de dérives et d'instrumentalisations de la recherche ou de la médiation culturelle.

  • 15h30 - 16h : Alain Kaufmann (Visio) - directeur du ColLaboratoire de l’Université de Lausanne et membre du Conseil d’administration de l’Alliance Sciences-Sociétés

Recherche participative, collaborative et recherche-action : redéfinir la pertinence sociale de la recherche pour une nouvelle alliance sciences-sociétés


On assiste depuis quelques années à un intérêt accru pour des formes de recherche innovantes qui visent à intégrer les citoyens et les parties prenantes dans la définition, la réalisation et la valorisation des projets. Ces développements qui visent à renforcer les critères de pertinence sociale de la recherche demeurent encore marginaux en raison du manque de financements et de formations adéquats pour intégrer ce « tiers-secteur de la recherche », et de l’inadaptation des critères d’évaluation classiques de « l’excellence académique ». Il s’agit pourtant d’une évolution indispensable pour renouveler le contrat social entre les institutions universitaires et la société, et affronter les défis écologiques, sanitaires et sociaux qui nous attendent. C’est aussi un horizon de « revitalisation » du monde de la recherche, en particulier pour les étudiants et les jeunes chercheurs.

  • 16h15 - 16h45 : Pauline Ducoulombier - Coordinatrice de la programmation culturelle - Le Dôme

Léon, un drone à hydrogène conçu et fabriqué par les publics

 "Léon, le nettoyeur" derrière ce nom qui empreinte à la pop culture se cache un drone aquatique fonctionnant à l'Hydrogène. Imaginé conçu détournée enrichi et prototypé au Dôme mais aussi un peu plus loin à Caen et en Normandie, Léon a pour vocation de récupérer les déchets flottants dans un ports. Léon est composite, à l'image de la communauté de personnes qui malgré les contraintes sanitaires a toujours su rebondir et trouver des temps et des modalités pour se retrouver au Dôme. Peut-être d'avantage qu'un objet de transition, Léon c'est donc surtout l'incarnation d'un objet d'intermédiation et d'autonomisation.

  • 17h - 17h30 : Nicolas Escach Maitre de conférence en géographie, Directeur du "Campus des Transitions" Sciences Po Rennes, antenne de Caen
La transition comme objectif de formation
 
Pour apprendre la transition il faut aller sur le terrain. Pour la pratiquer, il faut savoir hybrider les institutions comme un campus, une collectivité et les acteurs privés. Il faut aussi se doter d'interface et d'outils, comme les tiers lieux. Retour sur la participation des étudiants du Campus des transitions au programme Téthys, entre expérimentation et prototypage de nouvelles pistes et modalités de formation.
  • 17h30 - 18h : Conclusion/ Visite des ateliers
Personnes connectées : 1